2013 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blog a été visité 1  100 fois en 2013. S’il était un de ces tramways, il aurait dû faire à peu près 18 voyages pour transporter tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

Veuf

veufTrois ans après nous avoir offert l’émouvant Où on va papa ?, dans lequel il parle de sa vie avec ses deux fils lourdement handicapés, mais aussi de tout son amour de père, Fournier signe Veuf, un hommage à sa femme qui est décédée, un magnifique cercueil de papier. On y retrouve son style simple, mais poignant, qui témoigne de la douleur de continuer à vivre sans l’être aimé.

Roxanne

«Tu as été ma plus belle qualité. J’espère ne pas avoir été ton plus gros défaut.»

 

Aurora Teagarden

auroraAurora Teagarden est une jeune bibliothécaire comme les autres, excepté qu’elle se passionne pour les histoires de crime. Elle forme un groupe, le Club des amateurs de meurtres, avec quelques habitants de Lawrencetown, petite ville tranquille jusqu’au jour où Aurora découvre le cadavre d’une de ses collègues. Non seulement il s’agit d’un assassinat, mais le meurtrier a également pris le soin de copier un autre assassinat jamais résolu datant des années 1930, l’affaire Julia Wallace. Ce meurtre est le premier d’une longue série de mises en scène macabres grâce auxquelles le meurtrier joue avec les policiers, le lecteur et tous les membres du Club des amateurs de meurtres. Un roman intriguant pour tous ceux qui, comme Aurora, se passionnent pour les histoires de crime et la psychologie criminelle.

Roxanne

L’école des films

ecole des filmsDavid Gilmour, ancien critique de cinéma, voit son fils de 16 ans souffrir tous les jours de ses échecs scolaires, au point que Gilmour lui permet un jour d’abandonner l’école. Son fils n’a pas à se trouver d’emploi ; il ne doit qu’écouter trois films par semaine avec son père. C’est à travers ces visionnements que Gilmour éduquera son fils sur la vie, la tristesse et surtout l’amour. Ce jeune adolescent, qui vit un éveil amoureux douloureux, puisera dans le cinéma des réponses aux questions de la vie qui nous hantent. Un roman magnifique qui traduit bien les souffrances de l’adolescence et l’amour inconditionnel d’un père pour son fils.

Roxanne

Dans le bunker de Hitler

Dans le bunkerDans le bunker de Hitler est un vibrant témoignage de l’un des derniers acteurs vivant et présent lors de la descente aux enfers des hauts-dirigeants du IIIe Reich, et principalement celle de Hitler, présenté par François d’Alançon, journaliste français.

D’entrée de jeu, l’officier Bernd F. von Loringhoven nous expose la folie et la désorganisation qui régnait au sein du haut commandement allemand suite à l’attentat raté du 20 juillet 1944 (la fameuse Opération Walkyrie) sur Hitler. Il y dénonce ensuite la chasse aux sorcières qui s’en est suivi, principalement dirigée par Himmler et ses SS, afin d’éliminer toute opposition à Hitler au sein même du parti et de la Wermacht.

C’est précisément à ce moment que Loringhoven eu un accès des plus privilégié au Fürher puisqu’il fut nommé aide de camp pour le général Guderian. Dès lors, il assista à la plupart des réunions stratégiques dirigées par Hitler.

Loringhoven dresse un bilan assez sombre et révélateur sur l’emprise que le fameux serment de fidélité et d’obéissance envers Hitler (au prix de sa vie, bien sûr) avait sur les soldats et les membres du parti. Autant les décisions de Hitler ne faisaient plus aucun sens face à l’avancée des alliés, autant on ne voulait (ou même ne pouvait) s’objecter aux décisions peu rationnelles de ce dernier de peur de se faire fusiller pour trahison ou défaitisme. Car tel fut le climat au sein du haut commandement allemand vers la fin de la guerre. Et malgré une présentation des plus objective de la part de Loringhoven et d’Alançon, on peut clairement y ressentir la tension insoutenable que les hauts-dirigeants véhiculaient.

Pour tous les amateurs de documentation sur la seconde Guerre Mondiale et de ses principaux acteurs (Himmler, Göring, Hitler, Keitel, Jodl, Goebbles, Burgdorf), cet ouvrage saura vous plaire!

                                                                                                                                  Carl Grégoire

Dans le bunker de Hitler                                                                                                                   Auteur: François d’Alançon                                                                                                                      Éditions Perrin, 2006 (pour la présente édition), Collection Tempus

Maus – MetaMaus

MausMetaMaus

Certaines œuvres d’art sont tellement novatrices, voire révolutionnaires pour leur époque, qu’elles en deviennent un jalon essentiel, un moment clé, un chef-d’œuvre incontournable, si ce n’est LE chef d’œuvre. Bref, il y a un avant et un après ces œuvres. On pourrait par exemple citer Citizen Kane pour le cinéma, Les Demoiselles d’Avignon pour la peinture, En attendant Godot pour le théâtre, Kind of Blue pour le jazz… En bande dessinée, l’album qui bouleversa le genre s’intitule Maus et son auteur s’appelle Art Spiegelman.

En quoi Maus est-il si important dans l’histoire du 9e art, et même plus généralement dans l’histoire de l’art ? En quoi Maus a-t-il changé la perception de la bande dessinée pour ceux qui l’ont lu ? En quoi Maus a-t-il démontré que la BD possédait un potentiel bien plus riche que ce que l’on avait imaginé jusque là ? Questions difficiles qui nécessiteraient un livre entier, auxquelles je vais néanmoins essayer de répondre. Tout d’abord, Maus traite du génocide des Juifs pendant la seconde guerre mondiale, à travers la vie de Vladek Spiegelman, père d’Art Spiegelman, qui a été déporté à Auschwitz en 1944. Un sujet qui n’avait jamais été abordé en bande dessinée auparavant, et pour cause : comment envisager qu’il soit possible de parler d’une telle tragédie avec de simples «petits Mickeys» ? Comment penser que cet art mineur, longtemps considéré comme un simple divertissement réservé aux enfants et aux lecteurs paresseux, puisse rendre palpable toute l’horreur de cette période ? Impossible ! Le résultat ne pouvait être que médiocre, voire insultant pour la mémoire des victimes. Pourtant, Art Spiegelman a magistralement réussit son pari, et son livre est maintenant considéré comme un classique de «la littérature de la Shoah», aux côtés de ceux de Primo Levi, Elie Wiesel, Anne Frank…

Pour y parvenir, Art Spiegelman a innové sur bien des points, élargissant ainsi les perspectives de la bande dessinée. Il a par exemple représenté les Juifs avec des têtes de souris et les Allemands avec des têtes de chat, ce qui permet une certaine distanciation par rapport au sujet, tout en faisant référence à la symbolique nazie qui assimilait les Juifs à des rats, mais aussi à la traque des Juifs d’Europe, aux BD et cartoon animaliers tels que Krazy Kat ou Tom et Jerry… Il a alterné le passé et le présent, mettant en scène ses relations difficiles avec son père, ce qui en fait un des pionniers de la bande dessinée autobiographique. Il a effectué un travail de documentation historique absolument colossal. Il a usé d’une mise en page élaborée.

J’ai écrit quelques lignes plus haut qu’il faudrait un livre entier pour expliquer en quoi Maus est une œuvre aussi importante. Or, ce livre est paru : c’est MetaMaus, un témoignage sur Maus par son propre auteur. Accompagné d’un DVD et de très nombreuses photos et textes tirés des archives d’Art Spiegelman, cet ouvrage très complet expose tout le processus de création qui a abouti à Maus. Un document absolument passionnant, qui permet de mieux comprendre et apprécier la richesse de ce chef-d’œuvre qu’est Maus. Et qui donne envie de le relire. Encore et encore.

Léonard Lavoyer

Maus
Art Spiegelman
Flammarion
49,95 $
MetaMaus
Art Spiegelman
Flammarion
49,95 $

Le marchandisage, l’art de tous les commerçants!

121383~v~Marchandisage___Amenagement_d_un_commerceLe marchandisage est probablement l’étape la plus importante dans le processus de vente pour un commerçant. Ne pas l’effectuer correctement peut être décisif quant à la longévité et la compétitivité de ce dernier. Michel Gaulin nous offre un excellent ouvrage fournissant de bons points de repères et de bonnes définitions quant à tout le concept de marchandisage d’un commerce et de l’aménagement physique des lieux de vente.

Du concept commercial à la fixation du prix de détail, ou encore du point de focalisation d’un client à l’espace linéaire réservé à tel ou tel produit sur la tablette, rien n’est oublié. L’auteur traîte de tous les éléments essentiels liés au processus commercial et à l’approche client que chaque entreprise devrait développer lorsqu’elle s’infiltre sur le marché.

De plus, vous saurez vous retrouver rapidement à travers les chapitres et cibler l’information que vous recherchez à travers le manuel puisque l’auteur y présente la matière étape par étape. Une vraie petite bible pour le commerçant en devenir.

Carl Grégoire

Titre du manuel: Marchandisage, aménagement d’un commerce 

Auteur: Michel Gaulin

Édition: Gaëtan Morin, 2007

ISBN: 978-2-89105-997-8

Susceptible

Auteure, illustratrice, musicienne, la Québécoise Geneviève Castrée vient de publier Susceptible, premier ouvrage de la toute nouvelle maison d’édition L’Apocalypse. Récit de la construction identitaire d’une adolescence en manque de repère, cet album sensible et délicat est une belle réussite.

SusceptibleUne enfant nue étouffée par un végétal, une jeune femme qui prend son  envol. C’est sur ces deux scènes symboliques que s’ouvrent et se ferment l’histoire de «Goglu», qu’on devine être celle de Geneviève Castrée. Entre ces deux séquences allégoriques, représentatives de son parcours de vie, l’auteure relate ses souvenirs d’enfance et d’adolescence, des souvenirs souvent douloureux : un père absent, une mère immature qui noie ses déprimes dans l’alcool, un beau-père qui ne l’aime pas et la rend responsable de ses problèmes de couple, la drogue, l’anorexie, les tentatives de suicide… expression de souffrance et de colère d’une jeunesse en mal d’affection.

Comme pour contrebalancer la dureté du propos, Geneviève Castrée use d’un graphisme tout en douceur et d’une écriture manuscrite, qui font penser aux albums jeunesse, au monde de l’enfance. La maquette du livre, de très belle facture, renforce cette impression par ses teintes de rose pastel.

Malgré toutes ces épreuves, la jeune «Goglu», grâce à l’aide de quelques personnes et la pratique du dessin, va parvenir à trouver sa voie et réussir à faire la paix avec son passé. Et on se surprend, en refermant cette bande dessinée plutôt sombre, à éprouver un étrange sentiment d’apaisement, preuve que l’auteure a parfaitement su nous communiquer ses émotions.

Léonard Lavoyer

Susceptible
Geneviève Castrée
L’Apocalypse
29,95 $

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :