L’analphabète

«C’est parce qu’elle ne savait ni lire ni écrire qu’Eunice Parchman tua les Coverdale.»

 

C’est ainsi que débute L’analphabète de Ruth Rendell. L’incipit révèle d’emblée le nom de l’auteur du quadruple meurtre qui viendra ternir la Saint-Valentin. Rendell signe un chef-d’œuvre du thriller psychologique dans lequel elle construit brillamment le suspense. Chaque mot et chaque point de suspension jouent un rôle précis, celui de la montée de la panique du lecteur devant l’inévitable dénouement. Eunice, qui apparaît tout d’abord comme une victime, se révèlera en proie à une folie subtile, mais dévastatrice. Celle-ci atteindra son paroxysme avec la rencontre de Joan, qui ne fera qu’alimenter la honte que ressent Eunice face à son analphabétisme, qu’elle considère comme une tare dont elle ne peut se débarrasser et qu’elle s’évertue à camoufler. Le lecteur se trouve donc plongé au cœur d’un roman angoissant dans lequel il est hanté par le tic-tac d’une montre égrenant les minutes précédant le moment fatidique où les Coverdale mourront un à un. 

Roxanne

Le docteur Smog est de retour !

Créé en 2005 par l’auteur André-Philippe Côté, bien connu pour ses caricatures au journal Le Soleil, le docteur Smog avait quelque peu disparu des tablettes, ses dernières consultations datant de 2006. Heureusement, il nous revient dans un 3ème album, justement intitulé Le retour du docteur Smog.

Le docteur Smog est certainement le psychanalyste le plus malchanceux de la terre. En effet, dans son cabinet ne défile que des névrosés plus délirants les uns que les autres, les cas médicaux les plus invraisemblables, les patients les plus loufoques qui soient. Le docteur Smog lui-même, en certaines occasions, ne semble pas avoir toute sa raison…

Album humoristique composé de récits en une planche, Le retour du docteur Smog se démarque par son originalité et son inventivité, les gags proposés n’étant jamais répétitifs, comme c’est malheureusement souvent le cas dans les bandes dessinées du même genre. De plus, le décor change à chaque page et certains éléments, comme des portraits de tableaux, évoluent en fonction de l’histoire ; ils apportent ainsi un contrepoint humoristique, un peu comme la célèbre coccinelle de la Rubrique-à-Brac de Gotlib. On peut donc relire les gags du docteur Smog et y découvrir des détails nouveaux, pour notre plus grand plaisir de lecteur.

Au final, cet album complètement maboul s’avère être un excellent remède contre la déprime et vous aidera sûrement à garder une bonne santé mentale. Parole de docteur Smog !

Léonard Lavoyer

Le retour du docteur Smog
André-Philippe Côté
La Presse
21,95 $

Quand le vampirisme revient à ses racines!

Enfin, le vampirisme reprend sa place parmi les classiques de l’horreur. 

Finies les petites histoires d’amourette entre vampires sensuels et humains désemparés. Guillermo Del Toro (cinéaste hollywoodien qui réalisa Le Labyrinthe de Pan) et Chuck Hogan (auteur à succès classé parmi les dix meilleurs selon Stephen King) nous refont ici du vampirisme qui respire l’épouvante! 

Bien que bêtes machines à tuer et sordides créatures nocturnes, les vampires exploités par Del Toro et Hogan n’ont rien de vraiment comparable à ce que l’on nous a présenté sur le culte depuis la création de notre bon vieil ami Dracula. Oubliez les longues canines qui caractérisent principalement ces personnages, rien à voir. Reste que l’horreur est au rendez-vous. Et surtout, fini le réchauffé!  

Dans ce dernier volet de la trilogie, l’humanité ne subsiste plus que par sa quasi-complète soumission à la nouvelle race dominante que sont les strigoïs. Un nouvel ordre social fut instauré. Une nouvelle idéologie fut assimilée. Un clan cruel orchestré et dirigé par celui que l’on surnomme Le Maître règne sans réelle opposition. Si bien que les hommes sont désormais élevés en culture dans des camps tel de vulgaires animaux de ferme simplement pour répondre aux besoins nutritionnels des vampires.

Autant les deux premiers tomes portaient spécifiquement sur l’intrigue de la contamination et de l’expansion vampirique, autant celui-ci pose un regard plus philosophique, voire même psychologique sur ce qui caractérise et incarne le bien et le mal. Le tout sur fond rouge, bien entendu!  

Et non, détrompez-vous, il ne s’agit pas d’Yvon Deschamps sur la couverture…

Bonne lecture!

Carl Grégoire

Titre: La Nuit Éternelle                                                                                                                               Auteurs: Guillermo Del Toro, Chuck Hogan                                                                                         Éditeur: Presses de la cité                                                                                                                 Version anglaise: The Night Eternal

Aussi disponible:                                                                                                                                      Tome 1: La Lignée                                                                                                                                 Tome 2: La Chute

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :